Les papillomavirus

Généralités

Le terme de papillomavirus est formé du mot latin « papilla » signifiant bouton et du suffixe « oma » désignant un caractère tumoral.

Papillomavirus humain vu au microscope électronique

Papillomavirus humain vu au microscope électronique

Les papillomavirus sont des petits virus fréquents et résistants appartenant à une famille de virus appelés les papillomaviridae, infectant l’Espèce humaine (papillomavirus humain ou en anglais Human papillomavirus « HPV ») et de nombreux mammifères. Ils sont « spécifiques d’espèces », c’est-à-dire que chaque espèce est contaminée par des papillomavirus différents, qui lui sont spécifiques.

Les papillomavirus sont des virus dits ubiquitaires, car on les trouve partout dans le Monde et le risque d’infection est universel.

Il existe deux genres de papillomavirus : ceux qui infectent les muqueuses (papillomavirus muqueux) et ceux qui infectent la peau (papillomavirus cutanés).

La caractéristique essentielle des papillomavirus étant de favoriser la prolifération, bénigne ou maligne des cellules qu’ils infectent, ils peuvent être donc responsables de tumeurs cancéreuses et non cancéreuses aussi bien chez l’Homme que chez l’animal.

Les papillomavirus humains (HPV)1

Les HPV sont des virus anciens, très répandus et contagieux, ayant évolué avec leur hôte au fil du temps. Ils sont classés par types (HPV 1, HPV 2…), et il existerait plus de 200 types de papillomavirus humains. Parmi eux on distingue les HPV muqueux et les HPV cutanés, qui peuvent être oncogènes, c’est-à dire « à haut risque » de cancer, ou non oncogènes c’est-à dire « à bas risque » de cancer.

Exemples de maladies associées aux papillomavirus humains, lien avec le type HPV.

Exemples de maladies associées aux papillomavirus humains, lien avec le type HPV.

Les infections et maladies à HPV 1,2

Les infections et maladies à HPV sont diverses et variées de par leurs localisations anatomiques et des types spécifiques qui leur sont associés.
Les papillomavirus humains sont essentiellement transmis par contact direct de peau à peau ou de muqueuse à muqueuse.
La transmission indirecte par les mains, le linge ou objets contaminés, ou par un sol souillé pouvant jouer le rôle d’hôte intermédiaire (ex : les verrues plantaires) est également possible.

Il est à noter que certains HPV se comportent comme des virus dits « commensaux » isolés de la peau, voire des ongles, c’est-à-dire que ce sont des hôtes habituels de la peau qui n’entraînent pas de maladies.

L’infection HPV entraînera en fonction du type viral et de la localisation de l’infection, soit une disparition spontanée du virus (encore appelée clairance), soit une persistance asymptomatique, soit des lésions bénignes (verrues, verrues génitales…), soit des lésions malignes (cancer) ou potentiellement malignes (lésions pré- cancéreuses ou dysplasies).

L’infection à HPV régresse dans plus de 90 % des cas avec 75 % des lésions ayant disparu à un an. En revanche, au bout de 18 mois, la probabilité que l’infection disparaisse diminue fortement. La clairance est plus longue lors d’infections à HPV oncogènes et après l’âge de 50 ans. A noter que la disparition de l’HPV survient souvent avant la disparition de la lésion. La persistance d’un HPV oncogène favorise l’apparition des lésions précancéreuses ou de cancers.

Ainsi les pathologies associées à l’infection par un HPV seront multiples, et caractérisées à la fois par leurs localisations anatomiques et le(s) type(s) de HPV impliqué(s). Par exemple, les verrues plantaires sont causées par le HPV 1 (HPV cutané à bas risque), les verrues vulgaires par le HPV 2 (HPV cutané à bas risque) principalement, et le cancer du col de l’utérus par les HPV 16 et 18 (HPV muqueux à haut risque) le plus fréquemment.

Les infections à HPV occasionnant les maladies les plus fréquentes sont :

  • les infections HPV ano-génitales
  • les infections HPV cutanées
  • les infections HPV ORL

Références : 1,2

Il est interdit de modifier, de reproduire, afficher, présenter, distribuer ou utiliser à des fins commerciales la structure de ce site, les textes, données et les éléments graphiques du site sauf à en avoir préalablement reçu l’autorisation exprès de Sanofi Pasteur MSD SNC. Toute personne qui télécharge ou recueille des informations diffusées sur le site ne dispose sur celles-ci que d’un droit d’usage privé, personnel et non transmissible. Les informations recueillies ne sont susceptibles que d’une seule reproduction papier ou numérique. Toute autre utilisation des informations recueillies doit mentionner la source. Les auteurs des photos et vidéos en ont spécialement et spécifiquement autorisé l'utilisation par Sanofi Pasteur MSD. Sanofi Pasteur MSD décline donc toute responsabilité dans la transmission et la réutilisation des photos et vidéos en dehors de ce site.